CBD : se lancer dans la culture du chanvre en Champagne-Ardenne



Plus d’informations :
Dans la Marne, un pépiniériste veut créer une filière champardennaise de CBD, du chanvre destiné à la consommation. Un pari risqué au regard de la législation actuelle et de la concurrence internationale. Le chanvre est un cousin du cannabis qui permet de détendre sans droguer.

6 comments

  1. amis reporter, le chanvre n'est pas cousin du cannabis , c'est juste le nom "populaire", plantes a fibres, graines et fleurs sont toutes issues de l'espece cannabis sativa!!!apprenez a pas dire n'importe quoi… de meme le risque est nul en france, tant que la recolte ne depasse pas un certain seuil de thc(je vous laisse chercher, ca vous changera…)car la france est en europe, et les lois européenne prime sur celles française…merci, de rien!

  2. Pourquoi dire "la culture du CBD" plutôt que la "culture du cannabis à dominance CBD" ? De plus, il n'y a pas que le cannabis à dominance CBD qui est intéressant dans la culture du cannabis, le CBG (cannabigerol) par exemple… bientôt la dominance CBDv également… Bref, pourquoi enfermer/restreindre le cannabis à une seule molécule ?

    Cela ne rend service à personne de jouer aux saintes nitouches en opposant le mot cannabis au mot chanvre, en parlant de la mollécule "CBD" à tout va et en glissant le mot "drogue"… Le cannabis à dominance THC et le mot "drogue" sont le "Point godwin" du monde du cannabis bien-être ?

    0:23 "Chanvre cousin du cannabis" Le chanvre c'est pas plutôt une appellation "pudique" qui fait la différence entre un cannabis maîtrisé pour son usage industriel type fibre et graine et un cannabis maîtrisé pour usage bien-être/médical/récréatif ? Le cannabis à dominance thc serait le cousin éloigné dont on est pas fier ? Pourtant il permet la création de solution pharmaceutique…

    1:07 "ça ressemblance avec le cannabis…" Mais c'est du cannabis. Sociétalement parlant on a travesti le mot "cannabis" pour l'acoquiner aux stupéfiants, la drogue, les trafiquants… Il faudrait peut être lui rendre sa liberté et commencer à respecter le sens originel des mots.

    Merci de montrer la "filière française" et ses acteurs, mais je pense que la ligne éditoriale est à revoir pour éviter de servir la même soupe trop salée à chaque fois qu'on parle du cannabis à usage bien-être.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *